mercredi 22 mars 2017

Quand les Berbères cesseront-ils d’être colonisés ?

Pour le courant arabo-musulman nord-africain, l’islamisation a marqué la fin de l’histoire des Berbères, leur conversion à l’Islam les ayant inscrits de façon irréversible dans l’aire culturelle de l’arabité. Dans les années 1950, en pleine crise berbériste, la revue Al Maghrib écrivit même que les Berbères ne pouvaient accéder au Paradis que s’ils se rattachaient à des lignées arabes. Leur salut passait donc par leur intégration au peuple ayant donné naissance à l’ultime messager de Dieu. En un mot, le salut par le suicide ethno-national…
Par le passé, des clans et des tribus berbères ont ainsi trahi leurs ancêtres et renié leurs propres généalogies pour entrer dans celles des qabila arabes. Voilà pourquoi leurs descendants sont aujourd’hui persuadés être d’origine arabe alors qu’ils sont des Berbères « raciaux » dont les aïeux furent linguistiquement arabisés, religieusement islamisés et ethniquement acculturés.

Pour les Berbères ayant conservé leur identité, la fin de la période française ne fut que la première étape de la libération, ce qui fit dire à Mohammed Chafik : « Et si l’on décolonisait l’Afrique du Nord pour de bon ? » (Le Monde amazigh, n° 53, novembre 2004). Paniqués à l’idée d’un réveil de la belle endormie berbère qui pourrait entraîner à la fois le rejet de l’arabité et celui de l’islam, les dirigeants algériens échouèrent à tenter de fondre le peuple indigène dans un artificiel nationalitarisme arabo-musulman. Ayant pris le relais, les salafistes, les wahhabites et les diverses obédiences islamistes cherchent actuellement à dissoudre l’identité berbère dans l’universalisme musulman et la Umma. Une course contre la montre est donc engagée entre l’identité enracinée et le broyeur universaliste.
Portés par le réveil identitaire planétaire, les Berbères vont-ils prendre véritablement conscience de leur situation de colonisés ? S’ils parvenaient au terme de leur réappropriation historique, culturelle et politique, la géopolitique de la Méditerranée serait alors bouleversée. Redevenu la Berbérie, le Maghreb cesserait en effet de regarder vers l’Orient pour revenir dans sa matrice occidentale. Comme avant la conquête arabo-musulmane du VIIIe siècle.

La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l'Afrique Réelle. Pour la recevoir par courriel, vous devez être abonné. 
Pour vous abonner, cliquer ici

2 commentaires:

  1. Les Imazighen (ou Berbères) constituent sans doute le meilleur exemple d'assimilation réussie (en plus de leur intégration) par un autre peuple (en l'occurrence les Arabes) qui les ont colonisés.

    RépondreSupprimer
  2. "leur conversion à l’Islam"
    une conversion superficielle à la base, mais qui a ensuite été renforcée par le politique pour des questions de pouvoir,
    mais aussi chose surprenante ( ou pas) indirectement par la colonisation française.
    Pour la parenthèse, les croyances Berbères ainsi que les pratiques de sorcellerie inhérente à la culture Berbère par exemple existent toujours.
    C'est durant la période de la colonisation française que beaucoup d'écoles et d'autoroutes ont été crées; hors l'enseignement dans ces écoles se faisait soit en arabe soit en français.
    Somme toute, les régions rurales et éloignées des grandes villes restées elles culturellement Berbère et qui étaient épargnées par l'islamo-arabisation ne le furent plus à cause des "autoroutes de l'arabisation" construits par la France.
    Ensuite, il y a eu des personnages historiques qui ont joué un rôle majeure bien plus important que l'islam dans l'arabisation des Berbères. comme Napoléon III qui se rêvait en toute grandeur d'être le roi pour ne pas dire l'empereur des arabes et qui de fait a inscrit de manière indélébile sur le plan historique et culturel, la reconnaissance de l'entité Berbère comme d'une entité arabe à part entière.
    Le destin de ce qui s'appelle aujourd'hui l'Afrique du Nord aurait pu être différent, à la manière de la Turquie.
    La Turquie moderne et culturelle est le fruit du travail de Mustapha Kemal.
    Que ce soit au Maroc, en Algérie voire même en Tunisie il y eu aussi bon nombre de Mustapha Kemal "version Berbère", mais qui malheureusemnt ont été éliminés aussitôt qu'ils sont apparus par la France et sa politique pro-orientale extrême.
    Les Berbères cesseront d'être colonisés petit à petit avec pour commencer la fermeture de l'institut du monde arabe, un monde arabe imaginaire, un concept crée de toute pièce par Napoléon III; ce serait un bon début pour permettre aux peuple Berbère de se sortir de l'enfermement orientale dans lequel la France veut qu'il reste à tout prix. Et de cela, force est de constater que les Baathistes ne peuvent que s'en réjouir.

    RépondreSupprimer